Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sud Drôme

Sud Drôme

Un petit tour chez moi, à la croisée de quatre départements, le sud de la Drôme et de l'Ardèche ainsi que le Nord du Vaucluse et du Gard. Pas de grands voyages à grand frais pour découvrir là ou je vis, j'aime ma région et vous la partage...


Le Château des Gruss à Piolenc (Vaucluse 84)

Publié par Jipaipai sur 8 Avril 2016, 15:49pm

Catégories : #Piolenc, #Monument, #Château, #Vaucluse

Une journée ensoleillée du mois de mai 2013, une viiste du château du cirque de la famille Gruss à Piolenc dans le Vaucluse, 26 kms de Saint Paul Trois Châteaux, une grosse demi heure de route.

C’est dans le domaine du château de Piolenc, dit "Domaine de Crochant" (construit entre 1741 et 1743), inscrit au titre  des monuments historiques depuis 2004, que le cirque national Alexis Gruss développe, depuis 19 ans, son projet artistique et culturel en région.

Une belle journée dans ce parc, avec tout les animaux du cirque dont les chevaux, la raison d'être d'Alexis Gruss. Pour ma part, une grosse déception, cette famille adore le cirque et le animaux, c'est évident et cela se ressent, mais question entretien du patrimoine, rien ou trés peu est fait pour redonner à ce magnifique domaine un peu de sa splendeur perdue, dommage.

Le château, contemporain de Philip Astley, a été réalisé sur les plans de l’architecte avignonnais Jean-Pierre Franque, fils de Jean-Baptiste, dont ce serait une des premières réalisations personnelles.  Elevée entre la cour d’honneur au nord et le parc arboré au sud, la demeure est remarquable par le nombre de fenêtres qui percent, dans ce pays de mistral, ses façades nord.

Le château, contemporain de Philip Astley, a été réalisé sur les plans de l’architecte avignonnais Jean-Pierre Franque, fils de Jean-Baptiste, dont ce serait une des premières réalisations personnelles. Elevée entre la cour d’honneur au nord et le parc arboré au sud, la demeure est remarquable par le nombre de fenêtres qui percent, dans ce pays de mistral, ses façades nord.

Sa toiture, malheureusement reprise en tuiles mécaniques, est hérissée d’étranges pots à feu, sommés d’un croissant dont l’origine est incertaine. Peut-être une référence symbolique au patronyme de la famille « de crochant », propriétaire du domaine entre le XIème et le XVIIIème siècle. Le parc paysager, laissé longtemps à l’abandon, est issu de trois projets exécutés entre 1873 et 1883, dont les dessins sont conservés, l’un est dû à l’atelier Luiz et Barret, paysagistes de renom.

Sa toiture, malheureusement reprise en tuiles mécaniques, est hérissée d’étranges pots à feu, sommés d’un croissant dont l’origine est incertaine. Peut-être une référence symbolique au patronyme de la famille « de crochant », propriétaire du domaine entre le XIème et le XVIIIème siècle. Le parc paysager, laissé longtemps à l’abandon, est issu de trois projets exécutés entre 1873 et 1883, dont les dessins sont conservés, l’un est dû à l’atelier Luiz et Barret, paysagistes de renom.

Y alternent des espaces gazonnés aux abords du château, et des espaces arborés, parcourus par des allées rectilignes et des chemins sinueux. Une pièce d’eau, en forme de haricot, traversée par un pont, s’étire à l’est. Au sud-est, le premier château, celui de la famille de crochant, se présente sous la forme d’une ferme fortifiée. La bâtisse, partiellement en ruines, présente néanmoins de nombreux restes médiévaux intéressants : baies à meneau et croisillon, porte avec armoiries bûchées, plafond à la française.Y alternent des espaces gazonnés aux abords du château, et des espaces arborés, parcourus par des allées rectilignes et des chemins sinueux. Une pièce d’eau, en forme de haricot, traversée par un pont, s’étire à l’est. Au sud-est, le premier château, celui de la famille de crochant, se présente sous la forme d’une ferme fortifiée. La bâtisse, partiellement en ruines, présente néanmoins de nombreux restes médiévaux intéressants : baies à meneau et croisillon, porte avec armoiries bûchées, plafond à la française.
Y alternent des espaces gazonnés aux abords du château, et des espaces arborés, parcourus par des allées rectilignes et des chemins sinueux. Une pièce d’eau, en forme de haricot, traversée par un pont, s’étire à l’est. Au sud-est, le premier château, celui de la famille de crochant, se présente sous la forme d’une ferme fortifiée. La bâtisse, partiellement en ruines, présente néanmoins de nombreux restes médiévaux intéressants : baies à meneau et croisillon, porte avec armoiries bûchées, plafond à la française.Y alternent des espaces gazonnés aux abords du château, et des espaces arborés, parcourus par des allées rectilignes et des chemins sinueux. Une pièce d’eau, en forme de haricot, traversée par un pont, s’étire à l’est. Au sud-est, le premier château, celui de la famille de crochant, se présente sous la forme d’une ferme fortifiée. La bâtisse, partiellement en ruines, présente néanmoins de nombreux restes médiévaux intéressants : baies à meneau et croisillon, porte avec armoiries bûchées, plafond à la française.
Y alternent des espaces gazonnés aux abords du château, et des espaces arborés, parcourus par des allées rectilignes et des chemins sinueux. Une pièce d’eau, en forme de haricot, traversée par un pont, s’étire à l’est. Au sud-est, le premier château, celui de la famille de crochant, se présente sous la forme d’une ferme fortifiée. La bâtisse, partiellement en ruines, présente néanmoins de nombreux restes médiévaux intéressants : baies à meneau et croisillon, porte avec armoiries bûchées, plafond à la française.Y alternent des espaces gazonnés aux abords du château, et des espaces arborés, parcourus par des allées rectilignes et des chemins sinueux. Une pièce d’eau, en forme de haricot, traversée par un pont, s’étire à l’est. Au sud-est, le premier château, celui de la famille de crochant, se présente sous la forme d’une ferme fortifiée. La bâtisse, partiellement en ruines, présente néanmoins de nombreux restes médiévaux intéressants : baies à meneau et croisillon, porte avec armoiries bûchées, plafond à la française.

Y alternent des espaces gazonnés aux abords du château, et des espaces arborés, parcourus par des allées rectilignes et des chemins sinueux. Une pièce d’eau, en forme de haricot, traversée par un pont, s’étire à l’est. Au sud-est, le premier château, celui de la famille de crochant, se présente sous la forme d’une ferme fortifiée. La bâtisse, partiellement en ruines, présente néanmoins de nombreux restes médiévaux intéressants : baies à meneau et croisillon, porte avec armoiries bûchées, plafond à la française.

Inscrit à l’inventaire des monuments historiques par arrêté du 4 juillet 2003.

Inscrit à l’inventaire des monuments historiques par arrêté du 4 juillet 2003.

Jusqu’à la révolution française de 1789, Crochant est un fief dépendant de la Principauté d’Orange. En 1721, lors d’une affaire, Jacques ROUX qui doit décliner son identité dit : "fermier au chasteau de Crochant au terroir d’Orange".
Ce fief est ancien et au XII siècle il est l’un des plus puissants de cette Principauté. Mais la malédiction fit que, faute d’héritier mâle, Crochant passe de Maison en Maison et aucune grande famille n’a pu réellement être "marqueur" de cette seigneurie.
Les seigneurs-abbés de Crochant possédaient à Avignon, proche du palais des papes, un hôtel particulier, aujourd’hui "Maison Jean Vilar".
En 1743, l’ancien château médiéval situé au sud-ouest du parc actuel, est délaissé au profit d’un nouvel édifice, œuvre de l’Avignonnais Franque.
Cette construction de grande ampleur occupera quantité de main d’œuvre et le chantier durera plus de deux ans (1741 à 1743).
Au début du XIX siècle, les deux quartiers de St Paul de Crochant, où se trouve le château éponyme, et le clos des Aigras provenant du fonds de la commune d’Orange sont rattachés au territoire de Piolenc.
Une nouvelle fois, en octobre 1806, le château est vendu.
Il est acheté par le marquis Alexandre de Piolenc qui s’y installera avec sa famille. Ses descendants, notamment la branche comtale, conserveront et résideront dans ce château pendant presque deux siècles.
L’occupation de Crochant par la famille de Piolenc sera à l’origine de multiples embellissements : Le château sera modifiée et agrandie ; La création en 1873 d’un parc paysager de presque dix hectares lui servira d’écrin.
Le Conseil général de Vaucluse dans le cadre d’un vaste projet d’aire autoroutière va se porter acquéreur et fera exproprier le château et son parc. Ce dessein rapidement abandonné, Crochant est revendu en 1994 au cirque Alexis Gruss.

Alexis Gruss et ses chevaux.Alexis Gruss et ses chevaux.
Alexis Gruss et ses chevaux.Alexis Gruss et ses chevaux.

Alexis Gruss et ses chevaux.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents