Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sud Drôme

Sud Drôme

Drôme, Ardèche, Vaucluse et Gard. Là ou je vis, ma ville, ma région, mon pays...mes balades régionales et nationales.


Le Rocher de Pierrelatte. (Drôme 26700)

Publié par Jipai sur 27 Avril 2016, 18:02pm

Catégories : #Nature, #Pierrelatte, #Monument, #Carriére, #Drôme, #Etrange

Un rocher dans la plaine, un ville construite autour, voici la légende du Rocher de Pierrelatte, nos voisins Tricastin.

Un rocher dans la plaine, un ville construite autour, voici la légende du Rocher de Pierrelatte, nos voisins Tricastin.

Le Rocher de Pierrelatte, est fait d’un calcaire urgonien. Il est sans conteste à rapprocher des rochers qui forment le défilé de Donzère, plus au nord.  Mais isolé de ses congénères, seul dressé au milieu de cette grande plaine rhodanienne, il ne pouvait qu’exciter l’imagination. Ainsi devait naître la légende de sa formation. Rodolphe Bringer l’évoque en 1936. Un géant, le Grand Gargantian, que Rabelais appela plus tard Gargantua, venait d’un pas de franchir les Cévennes, quand il sentit une gêne dans sa chaussure. S’étant assis sur la « Dent de Resse », il ôta son soulier et y trouva un gravier (proportionnel à la taille du Géant), qu’il lança par dessus le Rhône. Il tomba là où il se trouve aujourd’hui. D’autres ont « vu » Gargantua lancer le gravier depuis le Mont Ventoux…
Le Rocher de Pierrelatte, est fait d’un calcaire urgonien. Il est sans conteste à rapprocher des rochers qui forment le défilé de Donzère, plus au nord.  Mais isolé de ses congénères, seul dressé au milieu de cette grande plaine rhodanienne, il ne pouvait qu’exciter l’imagination. Ainsi devait naître la légende de sa formation. Rodolphe Bringer l’évoque en 1936. Un géant, le Grand Gargantian, que Rabelais appela plus tard Gargantua, venait d’un pas de franchir les Cévennes, quand il sentit une gêne dans sa chaussure. S’étant assis sur la « Dent de Resse », il ôta son soulier et y trouva un gravier (proportionnel à la taille du Géant), qu’il lança par dessus le Rhône. Il tomba là où il se trouve aujourd’hui. D’autres ont « vu » Gargantua lancer le gravier depuis le Mont Ventoux…

Le Rocher de Pierrelatte, est fait d’un calcaire urgonien. Il est sans conteste à rapprocher des rochers qui forment le défilé de Donzère, plus au nord. Mais isolé de ses congénères, seul dressé au milieu de cette grande plaine rhodanienne, il ne pouvait qu’exciter l’imagination. Ainsi devait naître la légende de sa formation. Rodolphe Bringer l’évoque en 1936. Un géant, le Grand Gargantian, que Rabelais appela plus tard Gargantua, venait d’un pas de franchir les Cévennes, quand il sentit une gêne dans sa chaussure. S’étant assis sur la « Dent de Resse », il ôta son soulier et y trouva un gravier (proportionnel à la taille du Géant), qu’il lança par dessus le Rhône. Il tomba là où il se trouve aujourd’hui. D’autres ont « vu » Gargantua lancer le gravier depuis le Mont Ventoux…

C’est en tout cas autour de ce Rocher millénaire, que Pierrelatte, Petralapta (pierre large) s’est constitué. Au Moyen-âge, il sert d’assise à un château. Le château, progressivement démantelé dès 1633, le Rocher (re)devient une carrière de pierre. En 1816, il est la propriété du dénommé Jacques Xavier Pradelle, puis de son fils en 1842. Son exploitation devient dès lors intensive, au profit essentiellement des Ponts et Chaussées et de l’entretien des routes, et le Rocher de progressivement disparaître.

C’est en tout cas autour de ce Rocher millénaire, que Pierrelatte, Petralapta (pierre large) s’est constitué. Au Moyen-âge, il sert d’assise à un château. Le château, progressivement démantelé dès 1633, le Rocher (re)devient une carrière de pierre. En 1816, il est la propriété du dénommé Jacques Xavier Pradelle, puis de son fils en 1842. Son exploitation devient dès lors intensive, au profit essentiellement des Ponts et Chaussées et de l’entretien des routes, et le Rocher de progressivement disparaître.

Sa sauvegarde ne prend vraiment corps qu’à partir de 1913. La première motivation est de perpétuer ce qui a donné son nom à la Commune. Mais l’acquisition par la celle-ci n’est effective qu’en 1919 pour 12 000 francs. En 1921, le Rocher est classé « site naturel de caractère artistique ». Il accueille cette même année ses premiers spectacles.
Sa sauvegarde ne prend vraiment corps qu’à partir de 1913. La première motivation est de perpétuer ce qui a donné son nom à la Commune. Mais l’acquisition par la celle-ci n’est effective qu’en 1919 pour 12 000 francs. En 1921, le Rocher est classé « site naturel de caractère artistique ». Il accueille cette même année ses premiers spectacles.

Sa sauvegarde ne prend vraiment corps qu’à partir de 1913. La première motivation est de perpétuer ce qui a donné son nom à la Commune. Mais l’acquisition par la celle-ci n’est effective qu’en 1919 pour 12 000 francs. En 1921, le Rocher est classé « site naturel de caractère artistique ». Il accueille cette même année ses premiers spectacles.

Vers 1955, un château d’eau, aujourd’hui désaffecté, vient combler une grande échancrure au nord.

Vers 1955, un château d’eau, aujourd’hui désaffecté, vient combler une grande échancrure au nord.

Ami rêveur, au cœur romanesque, admirateur de Frédéric Mistral, allez au pied de "Petra-Lapta" et à travers l'écho du Roc, écoutez le voix de Rabelais vous dévoilant le mystère de cette grosse pierre ci jetée par...Gargantua.

Ami rêveur, au cœur romanesque, admirateur de Frédéric Mistral, allez au pied de "Petra-Lapta" et à travers l'écho du Roc, écoutez le voix de Rabelais vous dévoilant le mystère de cette grosse pierre ci jetée par...Gargantua.

Pour l'agrément du dignitaire au prolétaire  Moi, Rabelais, relate, en œuvre littéraire,  Le secret légendaire ou mon gros rire éclate  L'origine du fier rocher de Pierrrelatte ;  Jadis, au temps heureux des géants olympiens  Ou le Néanderthal faisait lilliputien  Gargantua festoyait venant des antipodes,  Avec Pantagruel, son fils,roi des Dipsodes.  Le roi des gastrolâtres, au sortir de ripaille,  En sa botte à sept lieues sentit une rocaille,  Le pied endolori,il appuya sa fesse,  Aux Cévennes,sur la fameuse Dent De Resse.  Tirant ce gravier de sa godase de Titan,  il le jeta au loin, colére et rouspétant,  Par- dessus le grand Rhône en plaine tricastine  Ou depuis, tel te dresses, O Dent Pierrelattine.  TOM

Pour l'agrément du dignitaire au prolétaire Moi, Rabelais, relate, en œuvre littéraire, Le secret légendaire ou mon gros rire éclate L'origine du fier rocher de Pierrrelatte ; Jadis, au temps heureux des géants olympiens Ou le Néanderthal faisait lilliputien Gargantua festoyait venant des antipodes, Avec Pantagruel, son fils,roi des Dipsodes. Le roi des gastrolâtres, au sortir de ripaille, En sa botte à sept lieues sentit une rocaille, Le pied endolori,il appuya sa fesse, Aux Cévennes,sur la fameuse Dent De Resse. Tirant ce gravier de sa godase de Titan, il le jeta au loin, colére et rouspétant, Par- dessus le grand Rhône en plaine tricastine Ou depuis, tel te dresses, O Dent Pierrelattine. TOM

Le Rocher de Pierrelatte. (Drôme 26700)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Les textes donnant le sens des photos étaient très bien rédigés et instructifs. J'ai été particulièrement touchée par la légende sous la 9ème photo, correspondant à un poème que mon père Gabriel-Tom, avait écrit dans les années 70. Vous lui avait également rendu hommage (cet homme tant attaché à Pierrelatte). Il aurait peut être fallu transcrire la légende sous sa forme initiale..(pour garder les rimes) mais ce n'est vraiment pas grave.

Je ne sais pas qui vous êtes mais sûrement une personne également attachée, à cette ville qui m'a vue grandir....Encore merci
Répondre
J
Merci de votre commentaire trés agréable, je n'ai pas beaucoup de mérite, j'avais, dans une malle au fond du garage, retrouvé un petit livret rouge de l'acceuil à l'hotellerie Tom d'ou j'ai tiré ce joli texte...je suis juste un touriste local amoureux de ma région d'ou la raison d'être de ce blog. Merci de votre passage.
E
Magnifique reportage, bravo J-P.
Bonne soirée et bisous.
Répondre
O
Ah j'adore ce genre de légende....AhAhAh
Un bel article JP
Bises
Bonne soirée
Répondre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents