Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sud Drôme

Sud Drôme

Un petit tour chez moi, à la croisée de quatre départements, le sud de la Drôme et de l'Ardèche ainsi que le Nord du Vaucluse et du Gard. Pas de grands voyages à grand frais pour découvrir là ou je vis, j'aime ma région et vous la partage...


La Chapelle Saint-Pierre-ès-Liens de Colonzelle (Drôme 26)

Publié par Jipaipai sur 13 Octobre 2016, 18:08pm

Catégories : #Peinture, #Fresque, #Colonzelle, #Drôme, #Chapelle

(17/09/2016) Pas vraiment prévue dans mon programme des journée du patrimoine 2016, mais conseillé par le guide de la tour de Chamaret, pourquoi pas faire un petit détour par là....

Rien ne laissait soupçonner que cette chapelle recelait, dans le chœur, un ensemble de peintures murales pratiquement intact. En effet, depuis le XIXe siècle au moins, l'intérieur était régulièrement blanchi à la chaux, sans doute selon les ordonnances épiscopales qui, dans une église voisine, qualifiaient « d'indécentes » les peintures médiévales.

Rien ne laissait soupçonner que cette chapelle recelait, dans le chœur, un ensemble de peintures murales pratiquement intact. En effet, depuis le XIXe siècle au moins, l'intérieur était régulièrement blanchi à la chaux, sans doute selon les ordonnances épiscopales qui, dans une église voisine, qualifiaient « d'indécentes » les peintures médiévales.

Dans les années 1990, un décollement partiel du badigeon dû à l'humidité avait mis au jour un médaillon peint, L'Apparition du Christ à Marie-Madeleine. Cette découverte a incité la municipalité à programmer l'enlèvement de l'enduit. Réalisé en octobre 2000, le dégagement total des peintures murales a fait apparaître dans le chœur un décor médiéval exceptionnel, entièrement conservé.

Dans les années 1990, un décollement partiel du badigeon dû à l'humidité avait mis au jour un médaillon peint, L'Apparition du Christ à Marie-Madeleine. Cette découverte a incité la municipalité à programmer l'enlèvement de l'enduit. Réalisé en octobre 2000, le dégagement total des peintures murales a fait apparaître dans le chœur un décor médiéval exceptionnel, entièrement conservé.

Cette chapelle est une possession du grand prieuré de Saint-Saturnin-du-Port (Pont-Saint-Esprit depuis le milieu du Moyen-Âge), affilié à l’abbaye de Cluny depuis le Xe siècle.  Elle date de la seconde moitié du XIIe siècle. Ses dimensions sont modestes, sa nef unique et son chevet semi-circulaire.
Cette chapelle est une possession du grand prieuré de Saint-Saturnin-du-Port (Pont-Saint-Esprit depuis le milieu du Moyen-Âge), affilié à l’abbaye de Cluny depuis le Xe siècle.  Elle date de la seconde moitié du XIIe siècle. Ses dimensions sont modestes, sa nef unique et son chevet semi-circulaire.
Cette chapelle est une possession du grand prieuré de Saint-Saturnin-du-Port (Pont-Saint-Esprit depuis le milieu du Moyen-Âge), affilié à l’abbaye de Cluny depuis le Xe siècle.  Elle date de la seconde moitié du XIIe siècle. Ses dimensions sont modestes, sa nef unique et son chevet semi-circulaire.

Cette chapelle est une possession du grand prieuré de Saint-Saturnin-du-Port (Pont-Saint-Esprit depuis le milieu du Moyen-Âge), affilié à l’abbaye de Cluny depuis le Xe siècle. Elle date de la seconde moitié du XIIe siècle. Ses dimensions sont modestes, sa nef unique et son chevet semi-circulaire.

Le XIVe siècle semble être pour elle une période faste : les fresques, pratiquement intactes, qui en décorent le chœur datent de son tout début. Elles représentent le premier instant du thème du Jugement Dernier, rare en peinture, avec le Christ-juge en majesté avec la Vierge et Saint-Jean l’Evangéliste ; les apôtres, apparaissant deux par deux dans des médaillons ; l’adoration des mages.Le XIVe siècle semble être pour elle une période faste : les fresques, pratiquement intactes, qui en décorent le chœur datent de son tout début. Elles représentent le premier instant du thème du Jugement Dernier, rare en peinture, avec le Christ-juge en majesté avec la Vierge et Saint-Jean l’Evangéliste ; les apôtres, apparaissant deux par deux dans des médaillons ; l’adoration des mages.

Le XIVe siècle semble être pour elle une période faste : les fresques, pratiquement intactes, qui en décorent le chœur datent de son tout début. Elles représentent le premier instant du thème du Jugement Dernier, rare en peinture, avec le Christ-juge en majesté avec la Vierge et Saint-Jean l’Evangéliste ; les apôtres, apparaissant deux par deux dans des médaillons ; l’adoration des mages.

Cette excellente conservation est due à la chaux qui la recouvre au XIXe siècle pour respecter une ordonnance épiscopale qualifiant « d’indécentes » les peintures médiévales.  Patrimoine

Cette excellente conservation est due à la chaux qui la recouvre au XIXe siècle pour respecter une ordonnance épiscopale qualifiant « d’indécentes » les peintures médiévales. Patrimoine

L’église fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques à partir de 1926, puis elle sera classée en 2009.  C’est en 2000 que le dégagement des fresques du chœur laisse apparaître les éléments picturaux exceptionnels du XIVe siècle.L’église fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques à partir de 1926, puis elle sera classée en 2009.  C’est en 2000 que le dégagement des fresques du chœur laisse apparaître les éléments picturaux exceptionnels du XIVe siècle.
L’église fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques à partir de 1926, puis elle sera classée en 2009.  C’est en 2000 que le dégagement des fresques du chœur laisse apparaître les éléments picturaux exceptionnels du XIVe siècle.L’église fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques à partir de 1926, puis elle sera classée en 2009.  C’est en 2000 que le dégagement des fresques du chœur laisse apparaître les éléments picturaux exceptionnels du XIVe siècle.
L’église fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques à partir de 1926, puis elle sera classée en 2009.  C’est en 2000 que le dégagement des fresques du chœur laisse apparaître les éléments picturaux exceptionnels du XIVe siècle.L’église fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques à partir de 1926, puis elle sera classée en 2009.  C’est en 2000 que le dégagement des fresques du chœur laisse apparaître les éléments picturaux exceptionnels du XIVe siècle.

L’église fait l’objet d’une inscription au titre des Monuments historiques à partir de 1926, puis elle sera classée en 2009. C’est en 2000 que le dégagement des fresques du chœur laisse apparaître les éléments picturaux exceptionnels du XIVe siècle.

La Chapelle Saint-Pierre-ès-Liens de Colonzelle (Drôme 26)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

papyserge.y 15/10/2016 20:31

Au Moyen Âge, une église... n'était jamais considérée comme achevée tant que la pierre, matériau terrestre, n'avait pas été masquée par un revêtement peint digne de la « Maison de Dieu » »4. Ainsi à cette époque, toutes les églises étaient recouvertes intérieurement de peintures murales ou autres fresques, contredisant la mode des pierres apparentes en vogue au XXe siècle. c'était les premières BD pour expliquer la religion

Denise 16/10/2016 18:27

merci. J'avais entendu dire aussi
bizzzz

Denise 13/10/2016 19:38

Bonjour Jipapy
Dommage . Les peintures rupestres sont souvent tres dégradées.
Un guide nous avait dit qu'au temps des cathédrales aucun mur était nu. Les piliers également étaient peints.
Belle balade.
Bisous à vous deux

jipai 14/10/2016 21:26

Petit trésor caché sous la chaux, une seconde jeunesse pour cette petite chapelle.
A plus Denise...

Ophelie 13/10/2016 19:17

Parfois on a des surprises et superbe surprise cette fois
Bises

jipai 14/10/2016 21:28

Une plus-value pour cette chapelle qui a eu du succès pour les journées du patrimoine
Bise.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents