Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sud Drôme

Sud Drôme

Un petit tour chez moi, le sud de la Drôme et de l'Ardèche ainsi que le Nord du Vaucluse et du Gard. Pas de grands voyages à grand frais pour découvrir là ou je vis, j'aime ma région et vous la partage.


Napoléon Bonaparte, Lieutenant en second de passage à Valence (Drôme 26)

Publié par Jipaipai sur 23 Octobre 2016, 17:12pm

Catégories : #Drôme, #Monument, #Statue, #Valence, #Personne célébre

( 02/10/2016) Surprise au croisement d'une rue de Valence, un petit bonhomme assis, plongé dans la lecture, chut ne dérangeons pas cet illustre personnage qui n'est autre que Napoléon Bonaparte, le petit Corse d'Ajaccio, alors âgé de 17 ans, nous sommes en 1785....

Entre décembre 1778 et avril 1814, Bonaparte a séjourné à 18 reprises dans l’ancienne Valentia, cité millénaire fondée par les Romains au 2 siècle avant notre ère. À Valence, il a appris à manier le canon, à diriger les hommes et s’est ouvert au monde civil. Les traces de ses passages restent nombreuses.

Après un séjour à Valence en 1785, Bonaparte va revenir dans la Drôme à 18 reprises.

Les 18 PASSAGES de NAPOLÉON BONAPARTE à VALENCE :

1/- Entre le 24 et le 28 décembre 1778. Bonaparte passe par Valence avec son frère Joseph et son père qui les emmène au collège d’Autun où ils arrivent le 1er janvier 1779.    2/- Du 3 novembre 1785 au 31 août 1786. En garnison au régiment de La Fère à Valence avant de partir pour son 1er séjour en Corse.   3/ Entre le 15 et le 30 septembre 1787, il repasse à Valence en route pour Paris.

1/- Entre le 24 et le 28 décembre 1778. Bonaparte passe par Valence avec son frère Joseph et son père qui les emmène au collège d’Autun où ils arrivent le 1er janvier 1779. 2/- Du 3 novembre 1785 au 31 août 1786. En garnison au régiment de La Fère à Valence avant de partir pour son 1er séjour en Corse. 3/ Entre le 15 et le 30 septembre 1787, il repasse à Valence en route pour Paris.

4/-  Entre le 5 et le 25 décembre 1787, en route vers la Corse pour son second séjour. Arrivée à Ajaccio le 1er janvier 1788. Loge chez Mlle Bou.               5/- Fin mai 1788, repasse à Valence en route pour rejoindre son régiment parti à Auxonne.          6/  Entre le 11 et le 20 septembre 1789 en route pour la Corse pour son troisième séjour et son second congé de semestre. Rend visite à Mme du Colombier et à l’abbé de Tardivon.

4/- Entre le 5 et le 25 décembre 1787, en route vers la Corse pour son second séjour. Arrivée à Ajaccio le 1er janvier 1788. Loge chez Mlle Bou. 5/- Fin mai 1788, repasse à Valence en route pour rejoindre son régiment parti à Auxonne. 6/ Entre le 11 et le 20 septembre 1789 en route pour la Corse pour son troisième séjour et son second congé de semestre. Rend visite à Mme du Colombier et à l’abbé de Tardivon.

7/-  Du 6 au 8 février 1791 de retour de Corse séjourne à Valence en route pour Auxonne avec son frère Louis. Part à pied pour Serves et Saint Vallier d’où il écrit à son oncle Fesch, puis griffonne des « réflexions sur l’amour ».          8/- Du 16 juin au 31 août 1791, en garnison au 4ème régiment d’artillerie de Valence (avec son frère Louis) puis repart pour son quatrième séjour en Corse.

7/- Du 6 au 8 février 1791 de retour de Corse séjourne à Valence en route pour Auxonne avec son frère Louis. Part à pied pour Serves et Saint Vallier d’où il écrit à son oncle Fesch, puis griffonne des « réflexions sur l’amour ». 8/- Du 16 juin au 31 août 1791, en garnison au 4ème régiment d’artillerie de Valence (avec son frère Louis) puis repart pour son quatrième séjour en Corse.

9/- Entre le 15 et le 23 mai 1792, de retour de Corse traverse Valence pour Paris où il arrive le 28.  10/-  Le 12 ou le 13 septembre 1792, descend le Rhône avec sa sœur Elisa, fait escale à Valence en route pour son 5ème séjour en Corse. Rencontre Mme Mésangère et Mlle Bou.      11/  Du 7 au 9 juillet 1793 rejoint le général Carteaux à Valence pour organiser un convoi de poudre.

9/- Entre le 15 et le 23 mai 1792, de retour de Corse traverse Valence pour Paris où il arrive le 28. 10/- Le 12 ou le 13 septembre 1792, descend le Rhône avec sa sœur Elisa, fait escale à Valence en route pour son 5ème séjour en Corse. Rencontre Mme Mésangère et Mlle Bou. 11/ Du 7 au 9 juillet 1793 rejoint le général Carteaux à Valence pour organiser un convoi de poudre.

12/-   Le 23 août 1793 venant d’Avignon est à Valence en route pour Auxonne qu’il atteint le 28 août.        13/- Le 3 septembre 1793, le capitaine Bonaparte passe à Valence en bateau ayant obtenu de Carteaux le commandement de l’artillerie du siège de Toulon. 14/   Du 11 au 14 mai 1795, de retour d’Italie accompagné de son aide de camp Junot, il loge chez Mme de Sucy au 25 ou 29 rue Farnerie.

12/- Le 23 août 1793 venant d’Avignon est à Valence en route pour Auxonne qu’il atteint le 28 août. 13/- Le 3 septembre 1793, le capitaine Bonaparte passe à Valence en bateau ayant obtenu de Carteaux le commandement de l’artillerie du siège de Toulon. 14/ Du 11 au 14 mai 1795, de retour d’Italie accompagné de son aide de camp Junot, il loge chez Mme de Sucy au 25 ou 29 rue Farnerie.

15/-  Le 18 mars 1796, traverse Valence en route pour Toulon et l’Italie.    16/- Le 7 mai 1798, Part pour Toulon et l’Egypte, descend le Rhône et passe à Valence.           17/ Le 12 octobre 1799. Retour expédition d’Egypte, rencontre Mlle Bou et les Valentinois. -18- Le 24 avril 1814. A Valence en route pour l’île d’Elbe rencontre avec Augereau.

15/- Le 18 mars 1796, traverse Valence en route pour Toulon et l’Italie. 16/- Le 7 mai 1798, Part pour Toulon et l’Egypte, descend le Rhône et passe à Valence. 17/ Le 12 octobre 1799. Retour expédition d’Egypte, rencontre Mlle Bou et les Valentinois. -18- Le 24 avril 1814. A Valence en route pour l’île d’Elbe rencontre avec Augereau.

Lors de son premier séjour, la vie du jeune lieutenant est partagée entre son service comme officier d'artillerie, ses lectures, ses travaux d'écriture et ses relations avec les notables valentinois. La Drôme de 1785 est donc pour le jeune Bonaparte, le temps des apprentissages militaires, intellectuels… et amoureux. Ses séjours ultérieurs, plus ou moins longs, ont laissé des traces historiques et donné lieu à de nombreuses légendes. Jeune lieutenant, empereur, puis souverain déchu, le destin de Napoléon se conjugue inexorablement avec Valence et la Drôme. C'est aussi, un des facteurs touristiques qui participe à la valorisation régionale car Bonaparte, personnage à la fois historique et légendaire reste encore un peu Drômois… et Valentinois.

Lors de son premier séjour, la vie du jeune lieutenant est partagée entre son service comme officier d'artillerie, ses lectures, ses travaux d'écriture et ses relations avec les notables valentinois. La Drôme de 1785 est donc pour le jeune Bonaparte, le temps des apprentissages militaires, intellectuels… et amoureux. Ses séjours ultérieurs, plus ou moins longs, ont laissé des traces historiques et donné lieu à de nombreuses légendes. Jeune lieutenant, empereur, puis souverain déchu, le destin de Napoléon se conjugue inexorablement avec Valence et la Drôme. C'est aussi, un des facteurs touristiques qui participe à la valorisation régionale car Bonaparte, personnage à la fois historique et légendaire reste encore un peu Drômois… et Valentinois.

Commenter cet article

Denise pilou 06/03/2017 13:37

Belle statue. Pas encore dégradée ! Etonnant.
Je ne savais pas qu'il avait residé si longtemps loin de sa Corse dans sa jeunesse.
Bon apres midi. Vent fortt, marre

dimitri rallis 06/03/2017 11:26

A great man he tried and made france great he strived to liberate countries a man that made by himself a name to remember ,dimitri

Jipaipai 06/03/2017 16:37

Oui un grand homme, c'est ce qui nous manque aujourd'hui, merci de ton passage chez moi.

Denise 23/10/2016 18:59

c'était un génie. Dommage qu'il y ait eu tant de guerres.
Enfin, souvent on était attaqué.
La statue est vraiment réussie.
Bonne soirée
Bisous

Jipaipai 23/10/2016 21:18

Beaucoup de morts à son palmarès, un peu trop conquérant à mon gout le p'tit gros!

Ophélie 23/10/2016 18:50

Ah et papyserge qui en rajoute lol
Un enfant bizarre....je crois qu a l heure actuelle il aurait droit a une consultation medico psychologique....
bonne soirée

Jipaipai 23/10/2016 21:18

Certains qu'aujourd'hui il serait cerné par les "cons", ce n'est pas ce qui manque aujourd'hui, nous vivons une drôle d'époque!

papyserge.y 23/10/2016 18:35

sympa on apprend des choses que je ne connaissais pas , en même temps j'ai cherché a en savoir plus

Les études de Napoléon Bonaparte à Brienne,
par Norvins
« Il venait d’atteindre sa dixième année, quand Charles Bonaparte, son père, député de la
noblesse des États de Corse vint à Versailles, amenant avec lui son fils Napoléon et sa fille Élisa. La
politique de la France appelait aux écoles royales les enfants des familles nobles de la nouvelle
conquête : aussi Élisa fut-elle placée à Saint-Cyr, et Napoléon à Brienne.
Bonaparte entre avec joie à l’École militaire.
Dévoré du désir d’apprendre, et déjà pressé du
besoin de parvenir, il se fait remarquer de ses maîtr
es par une application forte et soutenue. Il est,
pour ainsi dire, le solitaire de l’école ; ou, quand il se rapproche des autres élèves, leurs rapports avec
lui sont d’une nature singulière. Ses égaux doivent se ployer à son caractère, dont la supériorité,
quelquefois chagrine, exerce sur eux
un empire absolu. Lui-même, soit qu’il les domine, soit qu’il leur
reste étranger, semblerait placé sous l’influence d’une exception morale qui lui aurait refusé le don de
l’amitié, si quelques préférences, auxquelles il demeura
fidèle dans sa plus haute fortune, n’avaient
honoré sa première jeunesse.
Dans la discipline commune de l’école, il a l’air d’obéir à part, et montre un penchant réfléchi à
respecter la règle et à remplir ses devoirs. Abst
rait, rêveur, silencieux, fuyant presque toujours les
amusements et les distractions,
on croirait qu’il s’attache à dompter un caractère fougueux et une
susceptibilité d’âme égale à la pénétration de son esprit ; sa vie sévère pourrait même donner l’idée
d’un néophyte ardent qui se forme aux austérités d’une religion ; mais des rixes fréquentes et souvent
provoquées par lui font éclater la violence de son humeur, tandis que d’autres faits trahissent des
inclinations militaires. Vient-il à s’associer aux
exercices de ses compagnons, les jeux qu’il leur
propose, empruntés de l’Antiquité, sont des actions dans lesquelles on se bat avec fureur sous ses
ordres. Passionné pour l’étude des sciences, il ne rêve qu’aux moyens d’appliquer les théories de l’art
des fortifications. Pendant un hiver, on ne voit dans la cour de l’école que des retranchements, des
forts, des redoutes de neige. Tous les élèves concourent avec ardeur à ces ouvrages, et Bonaparte
conduit les travaux. Sont-ils achevés, l’ingénieur devient général, prescrit l’ordre de l’attaque et de la défense, règle les mouvements des deux partis ; et, se
plaçant tantôt à la tête des assiégeants, tantôt
à la tête des assiégés, il excite l’admiration de toute l’école et des spectateurs étrangers, par la fécondité de ses ressources et par son aptitude au commandement aussi bien qu’à l’exécution.
[...] Cependant la lecture, qu’il a toujours aimée, devient pour Bonaparte une passion qui
ressemble à de la fureur ; les beaux-arts n’ont point d’attrait pour cet esprit sévère, et de la littérature il ne cultive que l’histoire ; il la dévore, et range avec ordre dans sa mémoire sûre et fidèle toutes les
phases remarquables de l’existence des nations, et de la vie des grands hommes qui les ont conquises et gouvernées. Plutarque,
qu’il ne peut plus quitter, Plutarque, dont les vieilles admirations
n’ont pas été peut-être sans danger pour une âme de cette trempe, développe chaque jour les germes
d’enthousiasme, d’héroïsme et d’amour de la gloire que la nature avait déposés en lui. En même
temps qu’il se passionna pour l’étude de l’histoire, celle de la géographie devient souvent, pendant les heures de récréation, un de ses passe-temps favoris. »
Norvins, Jacques Marquet de Montbreton de,
Histoire de Napoléon,
Paris, Furne et Cie, 1842,

Jipaipai 23/10/2016 21:16

Un p'tit con en début de scolarité, un caïd par la suite, le chef de la bande...merci pour ce commentaire qui compléte ma note.

Ophélie 23/10/2016 18:22

Ah bon je ne savais pas que Napoleon etait corse et ecrivain.....
bisous
Bonne soirée

Jipaipai 23/10/2016 21:14

Trop fort ces Corses....écrivain je l'ignorais aussi!
Bises, à plus!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents