Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sud Drôme

Sud Drôme

Un petit tour chez moi, à la croisée de quatre départements, le sud de la Drôme et de l'Ardèche ainsi que le Nord du Vaucluse et du Gard. Pas de grands voyages à grand frais pour découvrir là ou je vis, j'aime ma région et vous la partage...


Les Fontaines "Wallace" de Bollène Saint Pierre (Vaucluse 84)

Publié par Jipaipai sur 14 Novembre 2016, 19:27pm

Catégories : #La France que j'aime, #Etrange, #Fontaine, #Patrimoine, #Personne célébre, #Trace du passé, #Vaucluse, #Bollène

(11/11/2016) Petite découverte patrimoniale sur l'ancienne route menant de Saint Paul Trois Châteaux à Bollène, juste à l'entrée du village de Saint Pierre, commune de Bollène, une fontaine Wallace à l'entrée du village, suivi d'une seconde en face de l'église du village.

Pas le genre de mobilier urbain que l'on croise tout les jours, encore moins sur la même avenue, "Avenue des fontaines Wallace" en l'occurence, et si proche l'une de l'autre, l'occasion d'en apprendre un petit peu plus sur ces "Fontaines Wallace."

Une histoire peu ordinaire, un petit régal.

 

Les fontaines Wallace sont des points d’eau potable publics, des fontaines qui se présentent sous la forme de petits édicules en fonte présents dans plusieurs villes dans le monde.  Dessinées par Charles-Auguste Lebourg, elles tiennent leur nom de Richard Wallace, le philanthrope britannique qui finança leur édification. Elles sont souvent associées par les étrangers à l'image de Paris, car c'est dans cette ville qu’elles furent implantées en premier et qu’on en trouve le plus en France. (Photo ci dessus, la fontaine en haut de l'avenue)

Les fontaines Wallace sont des points d’eau potable publics, des fontaines qui se présentent sous la forme de petits édicules en fonte présents dans plusieurs villes dans le monde. Dessinées par Charles-Auguste Lebourg, elles tiennent leur nom de Richard Wallace, le philanthrope britannique qui finança leur édification. Elles sont souvent associées par les étrangers à l'image de Paris, car c'est dans cette ville qu’elles furent implantées en premier et qu’on en trouve le plus en France. (Photo ci dessus, la fontaine en haut de l'avenue)

Pourquoi des fontaines? À la suite du siège de Paris et à la Commune, de nombreux aqueducs sont détruits, et le prix de l'eau, déjà élevé, en est considérablement augmenté. De nombreux démunis se trouvent dans l'impossibilité d'en trouver gratuitement.  Dès lors, la tentation des « marchands de vin » est grande chez les indigents, et c'est un devoir moral que de les aider et de leur permettre de ne pas plonger dans l'ivrognerie. Le besoin urgent de ces « brasseries des quatre femmes » est clairement prouvé par la vitesse à laquelle le projet est concrétisé. Encore aujourd'hui, où l'eau et l'hygiène ne sont pas un problème pour la grande majorité des Parisiens, ces fontaines sont souvent les seuls points d'eau gratuits pour des personnes comme les SDF. Riches ou pauvres, tous les passants peuvent s'y désaltérer. La philosophie de Wallace est d'aider efficacement et discrètement ceux qui en ont besoin : les fontaines sont la manière d'y parvenir tout en réalisant son souhait d'embellir Paris, sans faire dans le spectaculaire.Pourquoi des fontaines? À la suite du siège de Paris et à la Commune, de nombreux aqueducs sont détruits, et le prix de l'eau, déjà élevé, en est considérablement augmenté. De nombreux démunis se trouvent dans l'impossibilité d'en trouver gratuitement.  Dès lors, la tentation des « marchands de vin » est grande chez les indigents, et c'est un devoir moral que de les aider et de leur permettre de ne pas plonger dans l'ivrognerie. Le besoin urgent de ces « brasseries des quatre femmes » est clairement prouvé par la vitesse à laquelle le projet est concrétisé. Encore aujourd'hui, où l'eau et l'hygiène ne sont pas un problème pour la grande majorité des Parisiens, ces fontaines sont souvent les seuls points d'eau gratuits pour des personnes comme les SDF. Riches ou pauvres, tous les passants peuvent s'y désaltérer. La philosophie de Wallace est d'aider efficacement et discrètement ceux qui en ont besoin : les fontaines sont la manière d'y parvenir tout en réalisant son souhait d'embellir Paris, sans faire dans le spectaculaire.
Pourquoi des fontaines? À la suite du siège de Paris et à la Commune, de nombreux aqueducs sont détruits, et le prix de l'eau, déjà élevé, en est considérablement augmenté. De nombreux démunis se trouvent dans l'impossibilité d'en trouver gratuitement.  Dès lors, la tentation des « marchands de vin » est grande chez les indigents, et c'est un devoir moral que de les aider et de leur permettre de ne pas plonger dans l'ivrognerie. Le besoin urgent de ces « brasseries des quatre femmes » est clairement prouvé par la vitesse à laquelle le projet est concrétisé. Encore aujourd'hui, où l'eau et l'hygiène ne sont pas un problème pour la grande majorité des Parisiens, ces fontaines sont souvent les seuls points d'eau gratuits pour des personnes comme les SDF. Riches ou pauvres, tous les passants peuvent s'y désaltérer. La philosophie de Wallace est d'aider efficacement et discrètement ceux qui en ont besoin : les fontaines sont la manière d'y parvenir tout en réalisant son souhait d'embellir Paris, sans faire dans le spectaculaire.Pourquoi des fontaines? À la suite du siège de Paris et à la Commune, de nombreux aqueducs sont détruits, et le prix de l'eau, déjà élevé, en est considérablement augmenté. De nombreux démunis se trouvent dans l'impossibilité d'en trouver gratuitement.  Dès lors, la tentation des « marchands de vin » est grande chez les indigents, et c'est un devoir moral que de les aider et de leur permettre de ne pas plonger dans l'ivrognerie. Le besoin urgent de ces « brasseries des quatre femmes » est clairement prouvé par la vitesse à laquelle le projet est concrétisé. Encore aujourd'hui, où l'eau et l'hygiène ne sont pas un problème pour la grande majorité des Parisiens, ces fontaines sont souvent les seuls points d'eau gratuits pour des personnes comme les SDF. Riches ou pauvres, tous les passants peuvent s'y désaltérer. La philosophie de Wallace est d'aider efficacement et discrètement ceux qui en ont besoin : les fontaines sont la manière d'y parvenir tout en réalisant son souhait d'embellir Paris, sans faire dans le spectaculaire.

Pourquoi des fontaines? À la suite du siège de Paris et à la Commune, de nombreux aqueducs sont détruits, et le prix de l'eau, déjà élevé, en est considérablement augmenté. De nombreux démunis se trouvent dans l'impossibilité d'en trouver gratuitement. Dès lors, la tentation des « marchands de vin » est grande chez les indigents, et c'est un devoir moral que de les aider et de leur permettre de ne pas plonger dans l'ivrognerie. Le besoin urgent de ces « brasseries des quatre femmes » est clairement prouvé par la vitesse à laquelle le projet est concrétisé. Encore aujourd'hui, où l'eau et l'hygiène ne sont pas un problème pour la grande majorité des Parisiens, ces fontaines sont souvent les seuls points d'eau gratuits pour des personnes comme les SDF. Riches ou pauvres, tous les passants peuvent s'y désaltérer. La philosophie de Wallace est d'aider efficacement et discrètement ceux qui en ont besoin : les fontaines sont la manière d'y parvenir tout en réalisant son souhait d'embellir Paris, sans faire dans le spectaculaire.

Le commanditaire : Sir Richard Wallace.  Ayant hérité de son père une grande fortune en août 1870, il décide d'en faire profiter les Parisiens, ce qui lui vaut une grande popularité. On peut le considérer comme un philanthrope, au sens propre du terme, comme il y en avait beaucoup à l'époque. Son dévouement le pousse à rester dans sa villa parisienne assiégée pour pouvoir être là où on avait besoin de lui, plutôt que de se réfugier dans une de ses luxueuses propriétés.  Il fonde également un hôpital, s'occupe de l'accueil des victimes des bombardements et de la distribution de vivres à la population. Il reste toujours fidèle à sa nation d'adoption, la France, où il repose désormais, au cimetière du Père-Lachaise.  Les fontaines portant son nom comptent parmi ses nombreuses contributions au patrimoine parisien. (La photo de la fontaine en bas de l'avenue)

Le commanditaire : Sir Richard Wallace. Ayant hérité de son père une grande fortune en août 1870, il décide d'en faire profiter les Parisiens, ce qui lui vaut une grande popularité. On peut le considérer comme un philanthrope, au sens propre du terme, comme il y en avait beaucoup à l'époque. Son dévouement le pousse à rester dans sa villa parisienne assiégée pour pouvoir être là où on avait besoin de lui, plutôt que de se réfugier dans une de ses luxueuses propriétés. Il fonde également un hôpital, s'occupe de l'accueil des victimes des bombardements et de la distribution de vivres à la population. Il reste toujours fidèle à sa nation d'adoption, la France, où il repose désormais, au cimetière du Père-Lachaise. Les fontaines portant son nom comptent parmi ses nombreuses contributions au patrimoine parisien. (La photo de la fontaine en bas de l'avenue)

Conçu par Sir Richard Wallace, ce modèle s'inspire de la fontaine des Innocents.  Sur un soubassement de pierre de Hauteville, repose un socle à huit pans sur lequel vient s'ajuster la partie supérieure composée de quatre cariatides se tournant le dos et soutenant à bout de bras un dôme orné d'une pointe, et décoré de dauphins.  .  L'eau est distribuée en un mince filet depuis le centre du dôme, puis tombe dans une vasque qui est désormais protégée par une grille. Pour faciliter la distribution, deux gobelets en fer étamé retenus par des chaînettes fixées aux boucles formées par les trompes des têtes d'éléphants toujours visibles sous le socle des dites cariatides, sont à la disposition du consommateur, restant toujours immergés pour plus de propreté. Ceux-ci sont supprimés en 1952 « par mesure d'hygiène », sur demande du Conseil d'hygiène publique de l'ancien département de la Seine.
Conçu par Sir Richard Wallace, ce modèle s'inspire de la fontaine des Innocents.  Sur un soubassement de pierre de Hauteville, repose un socle à huit pans sur lequel vient s'ajuster la partie supérieure composée de quatre cariatides se tournant le dos et soutenant à bout de bras un dôme orné d'une pointe, et décoré de dauphins.  .  L'eau est distribuée en un mince filet depuis le centre du dôme, puis tombe dans une vasque qui est désormais protégée par une grille. Pour faciliter la distribution, deux gobelets en fer étamé retenus par des chaînettes fixées aux boucles formées par les trompes des têtes d'éléphants toujours visibles sous le socle des dites cariatides, sont à la disposition du consommateur, restant toujours immergés pour plus de propreté. Ceux-ci sont supprimés en 1952 « par mesure d'hygiène », sur demande du Conseil d'hygiène publique de l'ancien département de la Seine.Conçu par Sir Richard Wallace, ce modèle s'inspire de la fontaine des Innocents.  Sur un soubassement de pierre de Hauteville, repose un socle à huit pans sur lequel vient s'ajuster la partie supérieure composée de quatre cariatides se tournant le dos et soutenant à bout de bras un dôme orné d'une pointe, et décoré de dauphins.  .  L'eau est distribuée en un mince filet depuis le centre du dôme, puis tombe dans une vasque qui est désormais protégée par une grille. Pour faciliter la distribution, deux gobelets en fer étamé retenus par des chaînettes fixées aux boucles formées par les trompes des têtes d'éléphants toujours visibles sous le socle des dites cariatides, sont à la disposition du consommateur, restant toujours immergés pour plus de propreté. Ceux-ci sont supprimés en 1952 « par mesure d'hygiène », sur demande du Conseil d'hygiène publique de l'ancien département de la Seine.

Conçu par Sir Richard Wallace, ce modèle s'inspire de la fontaine des Innocents. Sur un soubassement de pierre de Hauteville, repose un socle à huit pans sur lequel vient s'ajuster la partie supérieure composée de quatre cariatides se tournant le dos et soutenant à bout de bras un dôme orné d'une pointe, et décoré de dauphins. . L'eau est distribuée en un mince filet depuis le centre du dôme, puis tombe dans une vasque qui est désormais protégée par une grille. Pour faciliter la distribution, deux gobelets en fer étamé retenus par des chaînettes fixées aux boucles formées par les trompes des têtes d'éléphants toujours visibles sous le socle des dites cariatides, sont à la disposition du consommateur, restant toujours immergés pour plus de propreté. Ceux-ci sont supprimés en 1952 « par mesure d'hygiène », sur demande du Conseil d'hygiène publique de l'ancien département de la Seine.

Les quatre cariatides représentent la bonté, la simplicité, la charité et la sobriété. Elles sont toutes différentes, soit par la position de leur genou et de leurs pieds, soit par la manière dont leur tunique est nouée au niveau du corsage.  Simplicité et Sobriété ont les yeux fermés ; Bonté et Charité les ont ouverts. Elles représentent également les 4 saisons : Simplicité symbolise le printemps, Charité l'été, Sobriété l'automne et Bonté l'hiver.  Le symbolisme est présent sur les huit faces du soubassement : les 4 plus larges sont décorées d'un trident autour duquel s'enroule un triton et les 4 autres montrent une conque de laquelle s'écoule un chapelet de perles. Conque et perles représentant l'ouïe et la parole. Ces quatre faces plus étroites sont en « excroissance » par rapport aux grandes faces ; de délicats roseaux les ornent latéralement.

Les quatre cariatides représentent la bonté, la simplicité, la charité et la sobriété. Elles sont toutes différentes, soit par la position de leur genou et de leurs pieds, soit par la manière dont leur tunique est nouée au niveau du corsage. Simplicité et Sobriété ont les yeux fermés ; Bonté et Charité les ont ouverts. Elles représentent également les 4 saisons : Simplicité symbolise le printemps, Charité l'été, Sobriété l'automne et Bonté l'hiver. Le symbolisme est présent sur les huit faces du soubassement : les 4 plus larges sont décorées d'un trident autour duquel s'enroule un triton et les 4 autres montrent une conque de laquelle s'écoule un chapelet de perles. Conque et perles représentant l'ouïe et la parole. Ces quatre faces plus étroites sont en « excroissance » par rapport aux grandes faces ; de délicats roseaux les ornent latéralement.

La première fontaine Wallace est installée et mise en eau en août 1872 sur le boulevard de la Villette à Paris.

La première fontaine Wallace est installée et mise en eau en août 1872 sur le boulevard de la Villette à Paris.

Marius Loque est un homme politique français né à Bollène, dans le Vaucluse, le 22 novembre 1852, et dans la même ville, le 2 juillet 1936. Après un diplôme en pharmacie, et une thèse sur la saponite, en 1882, Marius Loque suit la tradition familiale en passant un doctorat en médecine, à Paris. Il exercera quelque temps dans cette ville, mais revient s'installer rapidement à Bollène.Il commence sa carrière politique comme conseiller municipal, puis maire de Bollène, en 1896. Élu conseiller général en 1898, il se présente comme député, en 1902, ou il est élu. Il ne fera qu'un mandat de 4 ans, durant lequel il demanda, notamment, un déblocage de crédit de 500 000 francs pour les cultivateurs en difficulté de Vaucluse.

Marius Loque est un homme politique français né à Bollène, dans le Vaucluse, le 22 novembre 1852, et dans la même ville, le 2 juillet 1936. Après un diplôme en pharmacie, et une thèse sur la saponite, en 1882, Marius Loque suit la tradition familiale en passant un doctorat en médecine, à Paris. Il exercera quelque temps dans cette ville, mais revient s'installer rapidement à Bollène.Il commence sa carrière politique comme conseiller municipal, puis maire de Bollène, en 1896. Élu conseiller général en 1898, il se présente comme député, en 1902, ou il est élu. Il ne fera qu'un mandat de 4 ans, durant lequel il demanda, notamment, un déblocage de crédit de 500 000 francs pour les cultivateurs en difficulté de Vaucluse.

Le sculpteur méconnu des fontaines Wallace   Né à Nantes, Lebourg se forme à la sculpture dans sa ville natale puis à Paris avec Rude.   Il est l’auteur de nombreux bustes, de statues en marbre ou en bronze, maintenant aux musées de Nantes et de La Flèche, d’un buste d’Ecorchard au jardin des Plantes de Paris.  A Paris toujours, au 17 rue de Chateaudin (IXe), on peut voir un immeuble possèdant un décor sculpté très élaboré, œuvre de N.Gonnet (architecte et ornemaniste) et Charles Lebourg, ce dernier étant l’auteur des grandes caryatides du second étage.    Les caryatides de Charles-Auguste Lebourg    Enfin, il est celui à qui Richard Wallace (de l’épouse duquel il exécute d’ailleurs le buste) fait appel pour réaliser son projet "de fontaines à boire" le plus rapidement possible. Charles-Auguste Lebourg améliore les croquis de Wallace, pourtant déjà très précis et réfléchis, pour faire de ces fontaines de véritables œuvres d’art.  Lebourg meurt en 1906 à Paris.

Le sculpteur méconnu des fontaines Wallace Né à Nantes, Lebourg se forme à la sculpture dans sa ville natale puis à Paris avec Rude. Il est l’auteur de nombreux bustes, de statues en marbre ou en bronze, maintenant aux musées de Nantes et de La Flèche, d’un buste d’Ecorchard au jardin des Plantes de Paris. A Paris toujours, au 17 rue de Chateaudin (IXe), on peut voir un immeuble possèdant un décor sculpté très élaboré, œuvre de N.Gonnet (architecte et ornemaniste) et Charles Lebourg, ce dernier étant l’auteur des grandes caryatides du second étage. Les caryatides de Charles-Auguste Lebourg Enfin, il est celui à qui Richard Wallace (de l’épouse duquel il exécute d’ailleurs le buste) fait appel pour réaliser son projet "de fontaines à boire" le plus rapidement possible. Charles-Auguste Lebourg améliore les croquis de Wallace, pourtant déjà très précis et réfléchis, pour faire de ces fontaines de véritables œuvres d’art. Lebourg meurt en 1906 à Paris.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

papyserge.y 17/11/2016 10:41

les Les fontaines Wallace a Paris je connaissais , mais pas en région
Liste des fontaines Wallace en région
https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_fontaines_Wallace#En_r.C3.A9gions

Jipaipai 17/11/2016 19:06

J'ai vu la liste et je suis d'autant plus surpris d'en trouver deux à 500m l'une de l'autre dans une si petite commune rattachée à Bolléne, dommage qu'elle ne soient pas en fonction.

Ophelie 14/11/2016 20:25

Bonsoir....j' ai deja entendu parler de ces fontaines....je pense sur le blog d' une autre personne concentré sur Paris...elles sont tres belles en tout cas une belle initiative....tout le monde devrait avoir droit a l' eau gratuite....on est loin du compte elle est de plus en plus chère. ...pffffft
Bisous a toi et bonne soirée

Jipaipai 17/11/2016 19:10

Je viens de voir la vidéo de serge sur Paris ou certaines fontaines sont encore en service pour les gens de la rue, c'est super, de l'eau pour tout le monde, pendant qu'il y en a encore de la potable, bonne soirée à toi et merci de tes commentaires.

Denise 14/11/2016 20:01

Les caryatides ! Tres jolies.
On faisait de belles oeuvres avant
Bisous

Jipaipai 17/11/2016 19:12

J'ai appris quelles représentaient les quatre saisons en écrivant cette note, c'est vrai qu'elles sont superbes, merci de ton passage Denise, à bientôt .

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents