Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sud Drôme

Sud Drôme

Drôme, Ardèche, Vaucluse et Gard. Là ou je vis, ma ville, ma région, mon pays...mes balades régionales et nationales.


Jean Reboul à Nîmes (Gard 30000 )

Publié par Jipai sur 12 Septembre 2020, 13:10pm

Catégories : #Monument, #Statue, #Nîmes, #Gard, #Mémorial, #Personne célébre

(01/04/2018) Encore un brouillon de note qui date de plus de deux ans, classé dans mes brouillons à attendre que je prenne le temps de la terminer. Nîmes un mine d'or pour moi qui s'intéresse à la moindre statue, ici en l'occurrence la statue de Jean Reboul située dans "Les Jardins de La Fontaine". Inutile de préciser que pour moi, c'est un illustre inconnu...comme souvent quand il s'agit d'une statue, raison donc d'approfondir mes recherches et de faire connaissance avec ce brave homme, poète et boulanger, qui eu droit à des obsèques solennels dignes des plus grands.

Ce monument, une statue en marbre représentant le poète Jean Reboul assis, est situé dans les magnifiques jardins de la fontaine. Il fut inauguré le 17 mai 1876.

Ce monument, une statue en marbre représentant le poète Jean Reboul assis, est situé dans les magnifiques jardins de la fontaine. Il fut inauguré le 17 mai 1876.

Fils d’un serrurier originaire du Bas-Vivarais et de Gabrielle Thibaut, il est placé en pensionnat jusqu'à l'âge de treize ans, puis entre comme clerc chez un avoué. Mais, à la mort de son père, il est contraint de devenir, à quinze ans, boulanger, profession qu'il exercera toute sa vie.

Fils d’un serrurier originaire du Bas-Vivarais et de Gabrielle Thibaut, il est placé en pensionnat jusqu'à l'âge de treize ans, puis entre comme clerc chez un avoué. Mais, à la mort de son père, il est contraint de devenir, à quinze ans, boulanger, profession qu'il exercera toute sa vie.

Jean Reboul commence d'écrire en 1820 avec une pièce intitulée Le Duel, puis avec une cantate sur la guerre d'Espagne en 1824. En 1828, il est l'auteur du célèbre L’Ange et l’enfant, poème paru dans La Quotidienne et qui lui assure la renommée. Parmi ses autres poésies, Le Dernier Jour fut de celles qui lui assurèrent une place honorable parmi les poètes français.

Jean Reboul commence d'écrire en 1820 avec une pièce intitulée Le Duel, puis avec une cantate sur la guerre d'Espagne en 1824. En 1828, il est l'auteur du célèbre L’Ange et l’enfant, poème paru dans La Quotidienne et qui lui assure la renommée. Parmi ses autres poésies, Le Dernier Jour fut de celles qui lui assurèrent une place honorable parmi les poètes français.

Chateaubriand passa quelques heures à Nîmes et lui rendit visite en le félicitant pour ses travaux. Lamartine, Alexandre Dumas et d'autres célébrités de l’époque comme Andersen vinrent aussi lui rendre visite.

Chateaubriand passa quelques heures à Nîmes et lui rendit visite en le félicitant pour ses travaux. Lamartine, Alexandre Dumas et d'autres célébrités de l’époque comme Andersen vinrent aussi lui rendre visite.

 Membre de l'Académie du Gard, il en est le président en 1835. Ce n'est qu'en 1836 qu'il publie ses Poésies, qu'il dédie à Lamartine.  

 Membre de l'Académie du Gard, il en est le président en 1835. Ce n'est qu'en 1836 qu'il publie ses Poésies, qu'il dédie à Lamartine.  

Jean Reboul à Nîmes (Gard 30000 )
Jean Reboul s'éteint le 28 mai 1864 à 11 heures du matin, à l'âge de 68 ans. Le 31 mai, ses obsèques sont célébrées en grande pompe ; il est inhumé au cimetière Saint-Baudile de Nîmes.

Jean Reboul s'éteint le 28 mai 1864 à 11 heures du matin, à l'âge de 68 ans. Le 31 mai, ses obsèques sont célébrées en grande pompe ; il est inhumé au cimetière Saint-Baudile de Nîmes.

Jean Reboul à Nîmes (Gard 30000 )
Monsieur Reboul aurait besoin à n'en pas douter, d'un bon toilettage, une statue de marbre dans cet état c'est plutôt navrant

Monsieur Reboul aurait besoin à n'en pas douter, d'un bon toilettage, une statue de marbre dans cet état c'est plutôt navrant

Cette statue est une œuvre du sculpteur français d'Auguste Bosc, natif de Nîmes lui aussi le 27 mars 1827, et mort le 10 décembre 1879 toujours à Nîmes ou j'ai pu constater qu'il avait laissé plusieurs œuvres en héritage exposées dans la ville dont la magnifique statue de l'empereur Antonin, lui aussi originaire de Nîmes.

Cette statue est une œuvre du sculpteur français d'Auguste Bosc, natif de Nîmes lui aussi le 27 mars 1827, et mort le 10 décembre 1879 toujours à Nîmes ou j'ai pu constater qu'il avait laissé plusieurs œuvres en héritage exposées dans la ville dont la magnifique statue de l'empereur Antonin, lui aussi originaire de Nîmes.

Jean Reboul à Nîmes (Gard 30000 )
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents